Les employés devraient-ils entrer en concurrence ?

//Les employés devraient-ils entrer en concurrence ?

Les employés devraient-ils entrer en concurrence ?

La concurrence entre les travailleurs est une partie inévitable de la vie professionnelle de la plupart des gens. Que ce soit ouvertement ou non, la plupart des entreprises créent une dynamique dans laquelle les employés se font concurrence pour la reconnaissance, les primes et les promotions.
Certaines études suggèrent que ce type de concours peut motiver les employés à travailler plus fort et à obtenir des résultats. En effet, la compétition augmente la stimulation physiologique et psychologique en préparant le corps et l’esprit à un effort plus intense, permettant ainsi d’obtenir de meilleurs résultats.

La concurrence dépend des pensées de chacun

concurrence-employesLes employés peuvent également surmonter la concurrence grâce à l’innovation. S’ils trouvent de nouvelles façons de fournir des services aux clients ou en mettent au point des moyens de mettre plus rapidement de nouveaux produits sur le marché, la concurrence interne donnera à l’entreprise un véritable avantage.
Qu’est-ce qui distingue la concurrence qui déclenche la créativité de celle qui déclenche un comportement contraire à l’éthique ? Tout dépend de ce que les employés en pensent.
Certains types de concurrence peuvent être craintifs et inquiétants parce qu’ils attirent l’attention des employés sur les risques de licenciement, de perte de revenus ou d’humiliation publique. D’autres se concentrent sur l’obtention du bonus convoité ou de la reconnaissance publique qu’ils souhaitent, ce qui a un effet stimulant tout en créant un sentiment d’anticipation et d’excitation.

La question de l’interprétation

De nombreuses études ont été menés montrant que lorsque les employés interprètent leur stimulation de la concurrence comme de l’anxiété, ils sont moins susceptibles de prendre des mesures créatives pour résoudre des problèmes et plus susceptibles de prendre des mesures contraires à l’éthique. Par contre, lorsqu’ils interprètent la stimulation de la concurrence comme une excitation, ils sont plus susceptibles de prendre des mesures créatives pour résoudre des problèmes et moins susceptibles de prendre des mesures contraires à l’éthique.
Dans le cadre d’une étude, il a été demandé à 204 employés de divers secteurs d’activité ce qu’ils pensaient des divers éléments des politiques de leur entreprise (primes, gestion du rendement et promotions). Nous leur avons également demandé de réfléchir aux comportements qu’ils utilisent pour se différencier des autres employés.
Certains des comportements observés étaient créatifs, par exemple : “rechercher de nouvelles technologies, procédés, techniques ou idées de produits”. D’autres étaient contraires à l’éthique, par exemple : s’attribuer le mérite du travail d’un collègue ou ne pas tenir sa promesse d’aider un collègue.
Les résultats ont montré que lorsque les politiques d’emploi étaient passionnantes, les employés étaient beaucoup plus susceptibles d’être créatifs. Cependant, lorsqu’il causait de l’anxiété, les gestionnaires étaient plus susceptibles de prendre des raccourcis ou de saboter le travail de leurs collègues.

Que peuvent faire les entreprises ?

Dans une expérience sur le terrain, des chercheurs se sont concentrés sur la façon dont les entreprises peuvent influer sur la question de savoir si la concurrence suscitera des inquiétudes ou de l’enthousiasme. Alors que les organisations peuvent avoir un impact significatif sur la réponse émotionnelle des employés en réorganisant leurs systèmes de gestion de la performance et en les encourageant à le faire, il peut être difficile pour les cadres supérieurs individuels d’effectuer des changements structurels aussi importants. C’est pourquoi ils se sont concentrés sur la façon dont la direction peut façonner les conséquences de la concurrence.
A cette fin, il a été demandé à 457 responsables d’une banque de détail internationale de choisir une méthode pour faire face à deux situations de service client. On a demandé aux gestionnaires de lire une description de la situation, puis de choisir leur réponse. Par exemple, l’un des scénarios était le suivant :
“Fournir à un client important des options de produits en réponse à une demande d’assistance. Vous pouvez montrer que toutes les options sont “bénéfiques” pour le client, même si certaines sont plus rentables pour la banque que d’autres. La banque approche de la fin de l’année et vous avez besoin d’accélérer beaucoup afin d’être en tête du classement de vos collègues.
Les gestionnaires étaient censés choisir la façon d’aider le client. Plusieurs options leur ont été donnés. Certains d’entre eux étaient contraires à l’éthique (ne présentant que les options les plus rentables), d’autres étaient créatifs (demander au client s’il connaissait un autre client potentiel qui pourrait convenir d’une rencontre pour discuter d’une offre de produit ou d’un service) et d’autres étaient sûrs (présenter objectivement toutes les options, identifier clairement les facteurs de risque et les avantages potentiels).
Quel était le piège ? Pour certains managers, les conséquences positives ont été soulignés (“Si vous êtes dans le haut du classement, vous recevrez une prime significative ce mois-ci”). Pour d’autres, ce sont les conséquences négatives qui ont été soulignés (“Si vous n’êtes pas dans les premiers rangs, vous perdrez un bonus significatif”). Bien sûr, les deux options signifiaient exactement la même chose, mais l’une portait sur le fait que les gestionnaires perdraient quelque chose et l’autre sur le fait qu’ils gagneraient quelque chose.
Les résultats ont révélé que le fait de se concentrer sur la perte des primes rendait les gestionnaires plus anxieux, tandis que le fait de se concentrer sur l’obtention de primes les excitait davantage. Plus important encore, l’enthousiasme était un facteur déterminant de leur volonté d’agir de façon créative. Plus ils se sentaient anxieux en réagissant à ces scénarios, plus ils étaient prêts à prendre des mesures contraires à l’éthique (même après avoir pris en compte l’impact de l’excitation).
Ces résultats suggèrent que le sentiment de compétition joue un rôle clé dans la façon dont nous cherchons à gagner. La vision des conséquences négatives d’être dans une situation moins avantageuse peut causer de l’anxiété et amener les gens à mal présenter leur offre, à tricher ou à mentir aux clients.
Il s’agit là d’une constatation importante, car de nombreux dirigeants, surtout dans les industries concurrentielles, croient que la moquerie publique à l’égard des compétitions internationales est motivante. Par exemple, dans une culture de vente adoptée par de nombreuses banques ces dernières années, les gens qui n’ont pas atteint leurs objectifs sont la risée de tous. Un gestionnaire a décrit une journée hebdomadaire “argent comptant ou chou” au cours de laquelle les personnes qui n’obtenaient pas de prime recevaient publiquement du chou au lieu d’argent comptant.
Comme nous l’avons vu, les dirigeants devraient investir dans l’enthousiasme en soulignant les effets positifs potentiels de la concurrence (la reconnaissance et les récompenses qui attendent les meilleurs employés), plutôt que dans l’anxiété qui stigmatise les moins performants.

Comment les leaders peuvent-ils développer un sentiment d’excitation ?

Une excellente façon d’y parvenir est d’encourager les employés à utiliser leurs meilleures qualités d’une manière qui fait profiter non seulement eux-mêmes, mais aussi les autres. Parlant de concurrence, les leaders peuvent rappeler aux employés de faire un meilleur usage de leurs compétences uniques. Ils peuvent également attirer l’attention sur la façon dont le succès aura un impact positif sur les clients et les aidera à atteindre les objectifs de leur organisation.
La concurrence entre les salariés est sans aucun doute une composante inévitable de la vie professionnelle de nombreuses personnes, mais elle peut aussi contribuer à améliorer les performances. Si les dirigeants veulent s’assurer qu’elle déclenche la créativité plutôt qu’un comportement contraire à l’éthique, ils doivent résister à la tentation de conduire avec peur.

 

Auteur : ewa.borodziuk

2019-05-21T14:01:45+01:00